En profiter pour changer sa vie (+cadeau)

IMG_1929

 

Jamais la maison n’a été si calme, jamais le jardin si vivant; les oiseaux sont à la fête, pour la première fois depuis longtemps (100 ans?), aucun bruit de moteur ne vient perturber leurs chants. Je ne devrais pas me réjouir et pourtant… Je n’en reviens pas de ce calme, de cet air si pur, comme si, enfin, nous avions mis fin à une course folle, effrénée, une course à toujours plus de richesse mais toujours moins de temps pour soi, ses proches;  moins de calme, moins de silence, moins de connexion à nous profondément, à la nature.

 

Je ne devrais pas me réjouir et pourtant, je ressens un profond état de bien-être, quelque-chose d’apaisé en moi, l’énergie du monde n’est plus la même…  Certains choisissent pourtant la peur: la peur de manquer de nourriture, d’argent, de travail, la peur d’attraper ce virus, de mourir peut-être.

 

La peur, celle qui dirige la plupart de nos choix, la peur de manquer, la peur de l’avenir, la peur…

Je ne fais pas exception, je ne suis pas supérieure, j’ai tellement vécu avec la peur, elle a dirigé les 40 premières années de ma vie.

 

Et puis un jour, j’ai dû affronter une peur plus grosse que les autres: une tumeur, alors les peurs qui peuplaient ma vie: peur de manquer d’argent, peur d’être jugée, peur de ne pas faire assez bien, peur de ne pas assez accomplir, peur de ne pas avoir assez de travail, d’argent, de retraite… ont disparu.

 

Soigner le mal par le mal: j’ai pris cette peur (terreur) à bras le corps,  je l’ai écoutée et j’ai saisi cette occasion pour changer ma vie, c’est-à-dire me changer moi (parce qu’on ne peut changer ni les circonstances, ni les autres).

 

J’ai dû plonger au coeur de toutes mes peurs, car, du jour au lendemain, j’ai perdu mon travail,  ma confiance, ma vie sociale, je me suis retrouvée dans une forme de retraite forcée et c’est peut-être la plus belle chose qui me soit arrivée: une rencontre avec moi.

 

Ça été violent parfois (souvent): lever les masques, les manipulations, non, pas celles qui venaient des autres, celles qui venaient de moi: ne pas/ plus me mentir, me manipuler, donner une image de moi, contrôler les apparences, me faire croire des choses à propos de qui je suis, de ce que je veux, profondément.

Etre vrai, vis-à-vis de soi (on ne peut évidemment pas l’être vis à vis des autres si on l’est pas vis à vis de soi).

 

Ce moment de retraite forcée, celui que nous vivons en ce moment, nous offre la possibilité de cette introspection, indispensable préalable à l’épanouissement de notre être. S’offrir ce moment pour regarder en nous, pour observer ce qui dirige nos vies: la peur? les apparences? Toutes ces contraintes que nous avons construites, qui nous enlèvent chaque jour un peu plus de liberté.

 

J’ai écrit un livre qui ne parle que de ça, un roman comme un guide pour se libérer de ce qui nous entrave, de tout ce qui nous empêche d’être pleinement épanouis, libres de vivre la vie comme nous le méritons: affranchis de la peur, créatifs.

 

Ce roman, Le Printemps d’avril est le récit, le parcours de cinq femmes en quête de leur liberté, de leur épanouissement.

 

Cinq femmes qui vivent un moment de retraite, car il est nécessaire de s’affranchir du monde pour effectuer ce travail de nettoyage émotionnel; n’être plus sollicité, être à soi, loin des injonctions morales et sociales.

 

Exactement comme la terre a besoin de période de jachère pour être toujours fertile, sans quoi elle ne produit plus rien.

 

Il n’est pas besoin de partir faire une retraite de yoga à l’autre bout du monde pour espérer changer des choses dans nos vies, parce que ça on le remet toujours à plus tard et parce que ce changement là ne viendra pas des autres, fussent-ils prof de yoga. C’est ici et maintenant que le changement a lieu, nous pouvons choisir de le subir, de le critiquer, de s’en lamenter, de vivre dans la peur ou bien nous pouvons le vivre comme une vraie opportunité de changement.

 

Mon roman, « Le Printemps d’avril » peut vous guider dans ce moment si bouleversant  (vous distraire aussi et surtout, car rien n’est plus important que le plaisir que nous prenons à tourner les pages).

Vous pouvez le trouver sur Amazon en version papier et numérique, et  pour ceux qui seraient dans l’incapacité d’acheter quoi que ce soit en ce moment, je vous offre le fichier, sur simple demande, contactez-moi par le formulaire de ce site.

 

Prenez soin de vous, lisez, réfléchissez, méditez, jouez, jardinez si vous le pouvez, parlez aux oiseaux, respirez cet air plus pur, réjouissez-vous de cette pause que nous envoie la nature, comme un avertissement.

 

Car elle semble nous dire:

« les gars, va vraiment falloir changer votre fusil d’épaule, ça peut plus continuer comme ça »

 

C’est certain, ça ne peut plus continuer comme ça, qu’en ferons-nous, qu’en ferez-vous?

Recommencer comme avant, courir après le train? l’argent à tout prix? la peur de perdre ? ou de manquer? ou choisir de vivre, autrement.

Autrement.

 

Love,

 

Julie

 

 

Favoris

Capture d’écran 2015-01-19 à 09.33.44

la disparition des lucioles

  Ce n’est pas une histoire lumineuse que je vais vous raconter aujourd’hui, ma gorge est encore serrée de ce malaise palpable, de ce désespoir qui suintait des murs délabrés.... Lire la suite ...

delos17

Apollon, Délos et moi

  Elle se mérite, on n’arrive pas sur une île comme ça, par hasard, l’insularité est une démarche volontaire. Il faut la vouloir, la désirer. Prévoir, prendre ses dispositions pour... Lire la suite ...

bhl

les aventures de la vérité

Les aventures de la vérité. Je suis sensible aux mots, chacun évoque, par sa sonorité ou par sa sémantique, une chose particulière. Ainsi « aventure » convoque immanquablement dans mon esprit vagabond,... Lire la suite ...

Capture d’écran 2015-01-24 à 11.24.07

on being a woman…

Je pense à vous, je pense souvent à vous, à ce que vous êtes, à ce que l’on a voulu faire de vous. Je m’interroge, je m’intéresse à votre bonheur,... Lire la suite ...

Abonnez-vous !

laissez moi un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code