L’hiver est presque là…

nounouche

On ne l’a pas vu arriver, on pensait qu’on avait le temps, il faut dire que le sud fait ses coups en douce, la veille c’était l’été, indien certes, mais des températures à vous faire oublier le rythme des saisons. Il restait encore des feuilles sur les arbres, le soleil dardait ses rayons doux, des rayons qui nous obligeaient à enlever des couches : la veste,  le pull, pour se retrouver en t.shirt, en novembre ! Et puis un matin, le gel est arrivé, comme ça, sans sommation, le petit chat est tout ébouriffé de froid, un poil dru, brillant manteau de fourrure. Alors on a déclenché le plan d’action : on a rentré du bois, fait des provisions, on ne sait jamais… On aime l’idée de rendre l’habitation plus confortable, d’autant plus douillette que le froid est intense. L’hiver rend la maison plus moelleuse, on se vautre dans cette chaleur enveloppante, celle du poêle en fonte, on sort les plaids, on ajoute des coussins, on allume des bougies, on veille à ce que l’eau chaude ne manque pas. On prépare des gâteaux, on mélange des épices, des fruits confits, on hume ces odeurs de cuissons sucrées. On ralentit le rythme, l’hiver autorise un métabolisme plus lent, puisqu’on nous le recommande…. Le cerisier est désormais nu, enfin presque, une feuille ou deux pour masquer cette nudité nouvelle, comme s’il avait honte, on a de la peine pour ce squelette souffreteux. Une forme de mort à laquelle la nature s’abandonne et nous aussi, mourir pour renaître au printemps, mais chaque chose en son temps, maintenant c’est l’hibernation, consentie et douce, alanguie et suave. Même les chairs se ramollissent, les courbes s’arrondissent, l’hiver est la saison du gras et c’est tant mieux. Le gras c’est l’amour, alors on en rajoute un peu, de beurre dans les gâteaux, sur les tartines du matin, il faudra bien que le corps se défende contre l’assaut glacé. Le mien est conditionné, l’hiver lui rappelle son Nord, ses racines humides, les dimanches à jouer devant un feu de cheminée, les promenades en forêt, la petite pluie de fin d’après-midi. L’hiver est la saison du repli, on entre en soi, enfin, l’été ne viendra plus nous déloger, fini les injonctions de sortir «  parce que ce serait un crime de ne pas profiter d’un tel soleil », maintenant on étire ses jambes sur le canapé profond, on s’endort parfois, on s’éveille on attrape un livre, on regarde dehors, le givre a dessiné des motifs sur les vitres, on en frissonne de plaisir, parce qu’ici on est bien au chaud dans ses rêves. L’hiver est presque là…

 

lhiver1 lhiver2 lhiver3 lhiver4 lhiver8lhiver6

Favoris

Capture d’écran 2015-01-19 à 09.33.44

la disparition des lucioles

  Ce n’est pas une histoire lumineuse que je vais vous raconter aujourd’hui, ma gorge est encore serrée de ce malaise palpable, de ce désespoir qui suintait des murs délabrés.... Lire la suite ...

delos17

Apollon, Délos et moi

  Elle se mérite, on n’arrive pas sur une île comme ça, par hasard, l’insularité est une démarche volontaire. Il faut la vouloir, la désirer. Prévoir, prendre ses dispositions pour... Lire la suite ...

myk1

Mykonos

  D’abord il y a le bleu, en bas, en haut, celui du ciel et de la mer, partout, sur les toits des églises, les portes, les volets et puis... Lire la suite ...

Somtimes

Un an après

  Un an déjà(ici)…   Je rentrais d’un merveilleux séjour à Edimbourg, la ville dans laquelle vivait ma soeur, une parenthèse enchantée, un moment de partage, de joie, de légèreté... Lire la suite ...

Abonnez-vous !

laissez moi un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code