Nous autres, civilisations…

grec0

 

Puisqu’il faut faire des concessions, je le suis, la Grèce c’est son plaisir, méditerranéen quand je ne suis qu’une Celte. Le nord et le sud, le yin, le yang, les opposés se complètent, se subliment, paraît-il. Lorsque je traîne des pieds il faut me pousser, me mettre devant le fait accompli, pas le choix. Il le sait, s’en joue car à la fin, c’est lui qui gagne, mon sourire comme fait d’arme, comme preuve de sa victoire.

 

Parce que je redoute toujours cette aridité, ce soleil qui cogne, écrase, asservit tout et tout le monde.

 

Et puis la Crète… D’habitude nous préférons les Cyclades, mais cette année il avait cet instinct, je râlais davantage, la Crète… « Mais on m’a dit que c’était laid, une usine à touristes… ».

 

On…

 

Evidement si l’on s’en tient aux sentiers battus, aux stations balnéaires dignes de villes soviétiques des années 60… alors « ON » a raison.

Mais dés lors que l’on choisit l’exil, le secret presque, le charme se révèle, la beauté même.

 

Une plongée dans le temps car l’histoire s’inscrit dans la roche, partout, des sites archéologiques. Le fascinant  peuple Minoen, première grande civilisation méditerranéenne, a laissé son empreinte. Un livre d’histoire, concret, palpable: les murs cyclopéens, les fresques, les savants systèmes d’égouts et d’irrigation, à l’âge du Bronze ( 2700 à 1120 av JC)!

Je me perds dans ce dédale, dans le labyrinthe de Minos, je songe à son fils, ce montre fascinant, Minautore… Les amours illicites, les trahisons, les violences, le fascinant théâtre des dieux.

Dieu(x)?

La question se pose ici au pluriel, tout est sacré, l’architecture témoigne de cet ordre, de cette volonté de s’en remettre à plus grand que soi, car la nature rappelle sans cesse sa puissance, ses colères, contre lesquels, misérables vers de terres, nous ne pouvons rien.

 

Tremblements de terre, tsunamis, inondations, sécheresses, invasions, guerres, famines…

 

« Nous autres civilisations savons maintenant que nous sommes mortelles » écrivait Paul Valéry; en effet, TOUTES les civilisations ont disparues, même les plus puissantes, même les plus longues.

 

Leçon d’humilité et de vie.

Vivre autant qu’il est possible, maintenant, chaque instant, car demain…?

 

La nature…

 

Nous nous engageons dans un trek, car la Crète, je l’ignorais, est couverte de montagnes, de hauts sommets (le Mont Ida, où serait né Zeus, culmine à 2456 mètres).

Le soleil brûle, septembre n’adoucit pas ses ardeurs, il faut tenir, marche ou crève, personne ne viendra nous chercher ici; le mental lâche avant le corps, alors la machine prend le relais, un pied devant l’autre, pas le choix. « Tu seras contente de l’avoir fait! », je le maudis, mais, une fois de plus, il a raison, ne pas me laisser le choix, me pousser dans mes retranchements, m’acculer à me dépasser, toujours, c’est pour ça que je l’ai choisi? Se pousser mutuellement à être la meilleure version de soi…

 

Au coeur d’une végétation étonnamment dense et verte nous découvrons un jardin d’Eden (Le jardin d’Eden?): une cascade, une piscine naturelle,  une eau pure, si pure… Nous nous jetons dans ce liquide glacé, la fraîcheur est une aubaine de condamnés à mort. Rituel du baptême, renaître par le liquide originel, celui duquel nous venons, celui qui est à l’origine de toute vie.

 

Plein les jambes mais aussi plein les yeux, le ventre qui palpite de nouveautés, de découvertes, d’insolite. Les vacances permettent ce « reboot », couper avec la civilisation, ne plus regarder ses mails,  ni écouter, lire les informations. Le monde est loin et c’est très bien comme ça.

 

Evidemment il y a toujours ce fantasme de l’exil… d’une vie plus… Ici ou sur la côte picarde, la nature… Prendre le temps de vivre, de lire, de marcher, de courir, de nager, de contempler un coucher de soleil, de déguster un vin rosé presque rouge, tannique, l’horizon comme seule limite, le temps qui coule, paisiblement.

 

Nous n’en n’avons pas fini avec la Grèce…

 

γεια χαρά!

 

 

grec1 grec2 grec3 grec5 grec6grec8 grec9 grec10 grec11 grec12 grec13 grec14 grec15 grec16 grec17 grec17bis grec18 grec19 grec20 grec21

Favoris

Capture d’écran 2015-01-19 à 09.33.44

la disparition des lucioles

  Ce n’est pas une histoire lumineuse que je vais vous raconter aujourd’hui, ma gorge est encore serrée de ce malaise palpable, de ce désespoir qui suintait des murs délabrés.... Lire la suite ...

delos17

Apollon, Délos et moi

  Elle se mérite, on n’arrive pas sur une île comme ça, par hasard, l’insularité est une démarche volontaire. Il faut la vouloir, la désirer. Prévoir, prendre ses dispositions pour... Lire la suite ...

myk1

Mykonos

  D’abord il y a le bleu, en bas, en haut, celui du ciel et de la mer, partout, sur les toits des églises, les portes, les volets et puis... Lire la suite ...

Somtimes

Un an après

  Un an déjà(ici)…   Je rentrais d’un merveilleux séjour à Edimbourg, la ville dans laquelle vivait ma soeur, une parenthèse enchantée, un moment de partage, de joie, de légèreté... Lire la suite ...

Abonnez-vous !

laissez moi un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code