pink paradise

pink6

 

Parfois on se sent comme si on avait gagné la loterie, la loterie de l’univers. Un bonheur si parfait qu’il nous effraie presque, on respire doucement par peur de l’effaroucher, de le perdre tout à fait.

 

Je suis dans cette réserve, au milieu des roseaux, de cet immense écosystème qu’est le delta de Camargue. Le soleil pique mes joues, le vent décoiffe mes cheveux, ici les éléments s’expriment librement, sauvagement. Ici les conditions de nature n’ont pas été complètement asservies, un milieu hostile à la vie humaine, une bénédiction pour eux. Un sanctuaire, un endroit sacré où l’homme marche sur la pointe des pieds car ces eaux sont les leurs, ces roseaux sauvages abritent leurs nids, ces petits îlots sont leur domaine de chasse. Je veille à mon silence, me faire oublier le plus possible. Je retiens mon souffle déjà coupé par tant de beauté. Je n’avais vu jamais autant d’oiseaux, autant de diversité.

 

Paradis rose.

 

Le rose est pourtant une couleur très rare dans la nature, dans le règne animal, peut-être est-ce cette teinte qui a fait de lui un oiseau si spécial ? Je n’en reviens pas, ils sont là, juste à côté de moi. Je me perds dans la contemplation de ces grands palmipèdes, étranges avec leurs échasses fuchsia, pourquoi restent-ils sur une seule patte ? J’observe leur grand bec, leurs bruits, ils se parlent, s’apostrophent, se disputent, dansent, volent. Il y a les solitaires, les regroupés, les très roses, les vieux-rose, les rose-clair, les presque blancs, nuancier infini.

 

La vie en rose.

 

Le soleil reflète leur majestueux ramage, fiers, immenses, ils marchent la tête haute, le port altier, avec leurs grandes échasses. Le temps s’est arrêté, je n’en reviens pas de voir cela, d’avoir ce privilège.

 

J’avance au gré des petits sentiers, à l’affut du moindre bruit, du moindre mouvement, je marche sur des œufs, me faire oublier, le plus possible.

 

Il surgit.

 

Le petit ragondin. Mais il n’est pas si petit, paisible bête, j’observe son manège, il broute les herbes aquatiques (végétarien, il se nourrit de plantes et de petits crustacés). Je ne respire plus, j’ai si peur qu’il parte, je me fige, il m’a vue, si près de lui, il m’observe, nullement effrayé, curieux de moi comme je le suis de lui… Le face à face avec un animal est toujours un moment de grâce, une magie dont je ne me lasserai jamais. Je laisse l’adorable créature à son festin, je reprends mon chemin, au loin des cygnes sauvages s’ébattent, vision de paradis.

 

Je ne sais plus où donner du regard, une sorte d’Ibiza des oiseaux (!), ils se retrouvent tous ici, chaque année, incontournable lieu de rendez-vous, de rencontres. Ici l’homme n’est plus une menace aussi ne le craignent-ils plus. La méfiance, la peur ne sont donc pas dans leur nature, c’est nous qui avons créé cette défiance, pourtant comme la vie serait plus belle s’ils faisaient partie de notre quotidien.

 

Pour le pire et pour le meilleur, l’homme se veut ici protecteur, il ramasse, recueille, soigne les oiseaux blessés, ainsi ai-je pu observer un aigle, un vautour, une cigogne, et… Deux Grand- Duc !

 

 

Paradis rose…

 

pink1BIS pink3 pink4 pink5pinkcouverturepink7 pink8 pink9 pink10 pink11 pink12 pink13 pink15 pink16 pink17 pink18 pink19 pink20 pink21 pink22 pink23 pink24 pink26pink30pink32

Parc ornithologique du Pont de Gau

RD 570
13460 Stes Maries de la mer

Ce parc est une initiative privée, soutenez cette association:

Centre de soins
de la faune sauvage

association@parcornithologique.com

Favoris

Capture d’écran 2015-01-19 à 09.33.44

la disparition des lucioles

  Ce n’est pas une histoire lumineuse que je vais vous raconter aujourd’hui, ma gorge est encore serrée de ce malaise palpable, de ce désespoir qui suintait des murs délabrés.... Lire la suite ...

delos17

Apollon, Délos et moi

  Elle se mérite, on n’arrive pas sur une île comme ça, par hasard, l’insularité est une démarche volontaire. Il faut la vouloir, la désirer. Prévoir, prendre ses dispositions pour... Lire la suite ...

myk1

Mykonos

  D’abord il y a le bleu, en bas, en haut, celui du ciel et de la mer, partout, sur les toits des églises, les portes, les volets et puis... Lire la suite ...

Somtimes

Un an après

  Un an déjà(ici)…   Je rentrais d’un merveilleux séjour à Edimbourg, la ville dans laquelle vivait ma soeur, une parenthèse enchantée, un moment de partage, de joie, de légèreté... Lire la suite ...

Abonnez-vous !

laissez moi un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code