Neuf, nouveau, vierge, new, brand new

lba

 

“Resolutions are meant for those who have resolved not to adventure into the light.”

 

J’ai lu cette phrase, au moment où chacun fait le bilan de l’année passée, se prend à rêver à quelque-chose de nouveau, à une version de lui améliorée, comme par magie. Au matin du premier janvier, un homme neuf.

 

Car au fond, chacun espère la nouveauté. Une gomme magique qui effacerait l’ennui, le déjà vu, le poids des jours, de la routine, des empêchements. Tout ce qui pèse et empèse.

 

Le temps de regarder derrière et devant, ce moment si particulier, cette frontière du temps. Symbolique, comme si nous avions besoin de ce rituel pour croire que nous pouvons recommencer ou tout au moins améliorer.

 

Une page vierge comme un cahier de rentrée, des stylos neufs pour écrire un nouveau chapitre.

 

Juste maintenant je me retourne, voir 2014 d’une traite.

 

Les rencontres, les jolies surprises, les déceptions, les rêves avortés, les nouveaux départs, les impasses, les recommencements, les « et si… », les « je t’aime », les « je ne t’aime plus », les exprimés, les gardés pour soi, ceux que l’on aimerait entendre sans pour autant les attendre, les exaltations, les découvertes, les avancées, les chutes, les espoirs, les projets, les constructions, les destructions, les leçons, les armures, les failles, les abandons, les réticences, les envies, les lassitudes, les renouveaux, les envies, les « plus envie », les forces, les faiblesses, les actes de bravoures, les manques de courage…

 

Une année de plus… Plus âgée, plus sage? Les deux certainement, chaque année est une pierre à l’édifice, une construction, un pas de plus vers la connaissance de soi, un processus d’individuation qui se renforce mais qui ne se fait pas sans douleurs et sans efforts.

Pour faire un homme mon Dieu que c’est long…

 

Et Dylan (ici) d’ajouter:

« How many roads must a man walk down

before you call him a man

(…)

The answer, my friend is blowing in the wind

The answer is blowing in the wind… »

 

Le temps des bilans donc et celui des projets.

Politique de grands travaux, j’ai toujours rêvé grand, et je ne suis blasée de rien, j’ai encore tant à réaliser, tant à espérer.

 

Je connais mes faiblesses, les pires, les moins avouables, celles sur lesquelles je dois « travailler ». 2015 m’offre cette opportunité, comme si tout était possible, comme si je pouvais recommencer, la nouveauté exalte, même s’il ne s’agit que d’un chiffre.

 

La nouveauté…

Celle que chacun cherche, désespérément pour ne pas « s’encroûter », se laisser engluer par le poids des jours, des responsabilités, des habitudes, des devoirs… Chacun espère que la nouvelle année apportera son lot de nouveautés, de surprises, de rencontres… Chacun l’espère sans l’avouer pour autant, comme s’il n’était pas naturel d’avoir ces envies de sentir la vie plus fort, pour ne pas la subir mais la vivre, la dompter d’une certaine façon.

 

Neuf, nouveau, nouveauté, surprise, inconnu…

Car comment vivre sans inconnu devant soi?

 

Je vous souhaite une année NOUVELLE, fraîche, régénérante, qui vous pousse hors de votre zone de confort, qui vous bouleverse, vous sorte des sentiers battus, ouvre vos horizons, fasse battre votre coeur, stimule votre esprit, exalte vos sens.

 

Une année impertinente, insolente, pétillante.

 

 

« Verse-nous ton poison pour qu’il nous réconforte !
Nous voulons, tant ce feu nous brûle le cerveau,
Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu’importe ?
Au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau ! »

Charles Baudelaire, Le Voyage (ici)

 

Favoris

Capture d’écran 2015-01-19 à 09.33.44

la disparition des lucioles

  Ce n’est pas une histoire lumineuse que je vais vous raconter aujourd’hui, ma gorge est encore serrée de ce malaise palpable, de ce désespoir qui suintait des murs délabrés.... Lire la suite ...

delos17

Apollon, Délos et moi

  Elle se mérite, on n’arrive pas sur une île comme ça, par hasard, l’insularité est une démarche volontaire. Il faut la vouloir, la désirer. Prévoir, prendre ses dispositions pour... Lire la suite ...

myk1

Mykonos

  D’abord il y a le bleu, en bas, en haut, celui du ciel et de la mer, partout, sur les toits des églises, les portes, les volets et puis... Lire la suite ...

Somtimes

Un an après

  Un an déjà(ici)…   Je rentrais d’un merveilleux séjour à Edimbourg, la ville dans laquelle vivait ma soeur, une parenthèse enchantée, un moment de partage, de joie, de légèreté... Lire la suite ...

Abonnez-vous !

laissez moi un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code