be romantic

« Toi tu es romantique! », cette phrase saisie au vol vendredi, lancée comme un reproche, m’a traversée, comme une révélation, une admonestation douce, un éclairage honteux, un constat malheureux:

 

Toi tu es romantique!

Le romantisme affiché,  une niaiserie, le cliché du couple qui s’enlace, un coucher de soleil en arrière plan, une musique de Richard Cocciente.

Quel esprit raffiné oserait réduire le romantisme à cette image d’Epinal éculée?

Le romantisme c’est faire primer le sentiment sur la raison, c’est la capacité d’un être  à exprimer sa sensibilité, ses états d’âme, sans faux semblants, sans détour, sans mensonge, sans compromission; le romantisme c’est le courage d’être soi, d’aimer, en harmonie avec ce que l’on ressent au plus profond de soi et le dire.

Le romantisme c’est la capacité de vivre un amour puissant, profond, absolu qui ne s’arrange pas de mensonges, de commodité, un amour qui passe le filtre de la bienséance, qui peut remettre en question votre vie,  entièrement.

De surcroît, le romantisme est un mouvement littéraire et artistique du XIXème siècle qui a donné naissance à des chefs d’oeuvres littéraires, musicaux et picturaux. Il se caractérise par une volonté d’explorer toutes les possibilités de l’art afin d’exprimer ses états d’âme, il est une réaction du sentiment contre la raison jugée « asséchante ». Il exalte le mystère, il cherche l’évasion dans le rêve, l’amour passionné, l’exotisme.

Sans romantisme il n’y aurait pas  Chateaubriand, Beethoven, Wagner, Caspar David Friedrich…Etre romantique, oser être romantique… Oser laisser le coeur s’exprimer, se souvenir des mots d’Antoine de Saint-Exupéry: « on ne voit bien qu’avec le coeur, l’essentiel est invisible pour les yeux ».

 

oser le romantisme

 

être romantique c’est (entre autre) oser:

 

-aimer un homme/une femme en secret, pendant des années et se raccrocher à cet amour impossible, déraisonnable, malgré tout.

-oser déclarer sa flamme après des années, braver sa peur du rejet, du ridicule(parce que je pense qu’on  n’est jamais ridicule lorsque l’on est sincère, vrai).

– rêver d’un amour absolu, qui emporte tout.

– remettre sa vie en question pour vivre un amour hors du commun.

– suivre un homme/une femme au bout du monde, changer de vie du jour au lendemain.

– aller au bout de ses rêves, ne jamais y renoncer.

– décrocher la lune (c’est bien la moindre des choses).

– se battre pour récupérer un amour perdu, ne pas avoir honte de dire, de se dire  » j’ai fait une erreur, je n’aurais jamais dû te quitter »

– dire « je ne peux/veux pas vivre sans toi ».

– accepter que l’amour n’obéit pas à la raison et que l’on peut tomber amoureux d’une personne « inaccessible », ne pas y renoncer pour autant, attendre le temps qu’il faut, ne jamais abandonner.

– aimer les défauts d’une personne autant que ses qualités, ses contradictions, sublimer un être (Stendhal parlait de Cristallisation: « En un mot, il suffit de penser à une perfection pour la voir dans ce qu’on aime » écrivait-il dans De L’Amour.).

– croire que l’amour peut durer tout une vie et même au delà.

– croire au concept « d’âme soeur », ne jamais cesser de chercher, jusqu’à ce qu’on ait trouvé la sienne, se battre ensuite pour l’avoir et la garder.

– aimer la même personne toute sa vie.

– se réveiller chaque matin au côté de l’être qui nous fait sentir « vivant ».

– renoncer à vivre des amours médiocres et éphémères, rien plutôt que « passable ».

– pleurer en écoutant La Traviata.

– envoyer des fleurs, des mots passionnés, de façon déraisonnable.

– être totalement déraisonnable.

 

 

J’achèverai cette chronique par les mots d’un de mes chroniqueurs préféré, Stendhal, qui voulait que cette phrase soit inscrite sur sa tombe:

« Il a vécu, écrit, aimé. Cette âme adorait Cimarosa, Mozart, Shakespeare. »

Favoris

Capture d’écran 2015-01-19 à 09.33.44

la disparition des lucioles

  Ce n’est pas une histoire lumineuse que je vais vous raconter aujourd’hui, ma gorge est encore serrée de ce malaise palpable, de ce désespoir qui suintait des murs délabrés.... Lire la suite ...

delos17

Apollon, Délos et moi

  Elle se mérite, on n’arrive pas sur une île comme ça, par hasard, l’insularité est une démarche volontaire. Il faut la vouloir, la désirer. Prévoir, prendre ses dispositions pour... Lire la suite ...

myk1

Mykonos

  D’abord il y a le bleu, en bas, en haut, celui du ciel et de la mer, partout, sur les toits des églises, les portes, les volets et puis... Lire la suite ...

Somtimes

Un an après

  Un an déjà(ici)…   Je rentrais d’un merveilleux séjour à Edimbourg, la ville dans laquelle vivait ma soeur, une parenthèse enchantée, un moment de partage, de joie, de légèreté... Lire la suite ...

Abonnez-vous !

laissez moi un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code