colour outside the lines

 

Un bien étrange Noël… Dehors la tempête fait rage, des forces déchaînées, pluie, vent, les murs tremblent, le feu vacille. Un repli forcé, s’aventurer dehors serait déraisonnable, je prends cet assignation à résidence comme une chance, une occasion de rentrer en soi, de se protéger, d’attendre que « ça passe ».

 

Je profite de cette « malédiction » pour mettre au point une recette, la cuisine absorbe mes pensées, me contraint à vivre dans un présent, vraiment présent.

Mon esprit se fond dans la confection d’un sirop, les questions se diluent dans l’onctuosité d’une pâte, les grumeaux éclatent les uns après les autres, il ne reste plus qu’un mélange lisse, fluide, une couleur ocre, chaude, chaleureuse qui me ravit, me réconforte.

Je ne pense plus à rien.

Longtemps je n’ai plus voulu cuisiner, pourtant j’ai un CAP/BEP de cuisine. Après mon bac, après l’Ecole du Louvre, je me suis inscrite à l’Ecole Ferrandi à Paris,  j’avais envie de tenter l’aventure, quelque-chose de créatif pour rasséréner mon esprit desséché par des années d’apprentissage purement « intellectuel ».

 Parce que je ne suis pas qu’un esprit, parce que maintenant je sais qu’il me faut tout ça. Prendre soin de mon corps par une pratique régulière (yoga, marche), prendre soin de mon esprit  (écriture, lecture), prendre soin de ma créativité, celle qui me permet de déconnecter le circuit (cuisiner, peindre, découvrir des artistes).

Il m’a fallu 37 ans pour arriver à ce constat: JE SUIS TOUT ÇA, j’ai besoin de cette variété pour être équilibrée, tantôt l’un, tantôt l’autre, plus ou moins longtemps, plus ou moins intensément. Cette diversité, c’est mon équilibre, mon oxygène. Je ne peux m’enfermer dans une chose, m’y astreindre c’est m’asphyxier.

Chaque chose est désormais à sa place, ces années d’étude prennent leur sens, l’histoire de l’art, la cuisine, mon CAPES de Lettres Modernes, tout me sert, tout m’est une volupté. Un circuit classique d’étude ne me convenait pas, il fallait que je fasse ma « petite cuisine », que je prenne « un peu de ça et de ça »; un parcours universitaire à la carte, qui convienne à mon individualité;

Cela ne s’est pas fait sans heurt, il a fallu affronter le regard des autres, les « tu ne trouves pas ta voie! », « ça te passera! ».

Un esprit libre dérange, indubitablement: « Non les braves gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux », me soutiendrait Georges…

Désormais, je vis cette liberté, sereinement, je peux écrire, pour moi ou pour les autres, cuisiner pour moi ou pour les autres, collectionner de l’art pour moi ou pour les autres, pratiquer le yoga intensément ou légèrement; Je suis chacune de ces disciplines, individuellement ou collectivement; Des briques imbriquées, un mur construit de solides fondations. Désormais il peut grandir, s’élever sans crainte des jugements frileux de ceux qui n’osent pas colorier hors des lignes, ceux qui préfèrent l’assurance d’une confortable carrière « à vie ». Moi, cette idée  me ferait mourir d’ennui, j’ai besoin d’inconnu, d’aventure, car comment vivre sans inconnu devant soi?

Je ne sais pas où ce chemin me mènera, « je ne vise ici qu’à découvrir moi-même, qui serai par aventure autre demain, si nouvel apprentissage me change », Montaigne, cet esprit libre n’a pas fini de me montrer le chemin! Etre libre, oser être libre, demande une force parfois si difficile à tenir… Mais je sais que le bonheur est à ce prix, car chaque chose à un prix, paraît-il.

Même dans ma cuisine je veux être libre, je ne sais pas suivre une recette, je ne sais pas me contenter de celles que les autres ont établies, je mélange, je modifie;  mes gluten free/ sugar-refined free/ vegan cupcake m’ont donné tant de fil à retordre, mais après ces essais infructueux, quel sentiment de profond accomplissement à l’écoute du verdict: « Ils sont déments tes cupcake! »

ps: quelques ingrédients (bio, of course!)

farine de coco, farine de poids chiche, huile de coco extra vierge, amandes, lait de noisettes, gousses de vanille, zestes de citrons frais, sirop d’agave, gomme d’acacia, baking soda…

Favoris

Capture d’écran 2015-01-19 à 09.33.44

la disparition des lucioles

  Ce n’est pas une histoire lumineuse que je vais vous raconter aujourd’hui, ma gorge est encore serrée de ce malaise palpable, de ce désespoir qui suintait des murs délabrés.... Lire la suite ...

delos17

Apollon, Délos et moi

  Elle se mérite, on n’arrive pas sur une île comme ça, par hasard, l’insularité est une démarche volontaire. Il faut la vouloir, la désirer. Prévoir, prendre ses dispositions pour... Lire la suite ...

myk1

Mykonos

  D’abord il y a le bleu, en bas, en haut, celui du ciel et de la mer, partout, sur les toits des églises, les portes, les volets et puis... Lire la suite ...

Somtimes

Un an après

  Un an déjà(ici)…   Je rentrais d’un merveilleux séjour à Edimbourg, la ville dans laquelle vivait ma soeur, une parenthèse enchantée, un moment de partage, de joie, de légèreté... Lire la suite ...

Abonnez-vous !

laissez moi un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code