elles m’inspirent… épisode 1 : Kasia

Depuis quelques temps je pense à cela, à créer une rubrique « Elles m’inspirent », ces femmes qui croisent ma route et qui en infléchissent le cours parce qu’elles osent, parce qu’elles innovent, parce qu’elles montrent qu’une autre voie est possible, parce qu’elles font de leur rêve une réalité. 

Ainsi ai-je rencontré Kasia.
Kasia me semble être la parfaite illustration de ce que je tente d’exprimer à travers ce blog: dessiner une vie qui nous ressemble, créer les conditions de son bonheur, de son épanouissement, donner corps à ses rêves en suivant notre nature profonde.

 

Kasia est photographe, une jeune photographe de talent, j’ai fait sa connaissance « à reculons », parce qu’un magazine web pour lequel j’écris m’a demandé un portrait, mais je n’aime pas du tout poser, je n’aime pas qu’on me prenne en photo. Kasia avait donc cette mission (périlleuse, mais elle habituée) de faire un portrait qui me ressemble, qui  soit à la fois naturel et classique, un portrait qui dise  » cette fille là est sympa et compétente ». Le pari était risqué, trois heures de pose, un supplice programmé.

 

Mais Kasia sait les secrets qui mettent ses modèles à l’aise et puis, surtout, au cours de notre déjeuner « de rencontre », les langues se sont déliées, peu à peu, très vite, nous en sommes venues à des confidences, celles que seules des amies de longues dates s’échangent. 

La glace était rompue, une incroyable magie opérait, j’ai même pris du plaisir à participer à cette séance de pose!  

Kasia est perfectionniste, elle traque la lumière, jusqu’à ce que qu’elle corresponde à son désir, à la recherche de l’instant magique qui révélera une émotion particulière.

Parce que ce j’aime dans son travail (et dans sa personne), c’est cette émotion qui affleure toujours. Une sensibilité à la Sarah Moon qui me bouleverse.

 

Au delà de l’image, ce sont ses mots, son courage, son refus de la compromission,  son caractère libre et généreux qui m’ont séduite, la première fois que j’ai regardé son book, je lu cette phrase de Mark Twain:

« Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait »

 

Après de brillantes études à Sciences Po Paris, elle se destinait à une carrière plus « académique ». Elle s’est essayée à des tentatives de « normalisation » en travaillant dans différentes entreprises, mais rien de cela ne la rendait heureuse. Il y avait autre chose, ailleurs. Peu à peu la photo, son loisir-passion, prenait toute la place, lui procurait un incroyable plaisir.

Alors le rêve est devenu réalité, la jolie photographe s’est lancée, elle a suivi cette intuition profonde, cette évidence, malgré les obstacles, les retards, les incompréhensions, elle a tenu bon, faisant de chaque jour un pas de plus vers son accomplissement professionnel:

 

« Ce book(…) est la preuve que les passions ne sont pas toutes des abîmes, qu’une obsession peut-être saine et que rien ne nous force à rester sur un chemin que nous n’avons pas sincèrement choisi. Nos rêves ne sont pas des mirages. L’illusion, c’est de se convaincre que certaines choses sont inaccessibles. L’erreur, c’est de croire que les choses arrivent d’elles-mêmes ou pas du tout.

Le jour où mon rêve de devenir photographe a commencé à prendre forme est le jour où j’ai cru que c’était possible, que c’était faisable, que c’était même la seule chose raisonnable à faire. Et du coup les « ??? » sont devenus des « !!! ». Ça ne veut pas dire que les angoisses disparaissent, et qu’on ne connaît plus de frustrations. Au contraire. Ça ne va jamais assez vite, jamais assez loin, on en veut toujours plus. Mais aucun doute ne peut résister au bonheur de faire quelque-chose qu’on aime vraiment. »

Favoris

Capture d’écran 2015-01-19 à 09.33.44

la disparition des lucioles

  Ce n’est pas une histoire lumineuse que je vais vous raconter aujourd’hui, ma gorge est encore serrée de ce malaise palpable, de ce désespoir qui suintait des murs délabrés.... Lire la suite ...

delos17

Apollon, Délos et moi

  Elle se mérite, on n’arrive pas sur une île comme ça, par hasard, l’insularité est une démarche volontaire. Il faut la vouloir, la désirer. Prévoir, prendre ses dispositions pour... Lire la suite ...

myk1

Mykonos

  D’abord il y a le bleu, en bas, en haut, celui du ciel et de la mer, partout, sur les toits des églises, les portes, les volets et puis... Lire la suite ...

Somtimes

Un an après

  Un an déjà(ici)…   Je rentrais d’un merveilleux séjour à Edimbourg, la ville dans laquelle vivait ma soeur, une parenthèse enchantée, un moment de partage, de joie, de légèreté... Lire la suite ...

Abonnez-vous !

laissez moi un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code