feng shuing my life

Prendre des vacances chez soi, pour commencer, sas de décompression avant le Grand départ. Mais je n’aime pas les départs, faire les valises, ranger son intérieur ( l’idée de rentrer dans une maison en désordre me gâche les vacances), acheter de la lotion anti-moustiques, anticiper mes désirs, comment puis-je savoir ce que j’aurai envie de porter? Anticiper, prévoir… Je déteste ces mots. J’aime vivre « comptant », j’aime me laisser aller à l’instant, au temps qu’il va faire, aux orages d’été, salvateurs. Aussi j’aime prendre des vacances chez moi, elles me rappellent celles de mon enfance, les errances estivales dans le jardin, les heures de lecture, allongée sur une couverture posée sur l’herbe, jouer avec mes poupées, leur inventer des vies, créer des mondes, ranger ma chambre, changer les meubles de place, peindre tout ce qui se trouvait sous ma main, bricoler, trier, lire, rêver… Ces occupations me sont toujours chères, l’été marque l’abandon de « l’utile », l’été je m’autorise à vivre l’inutile, le non-productif. Ainsi me suis-je rendue hier à la librairie pour faire provision des livres qui accompagneront mon été, un choix uniquement dicté par mon bon plaisir, mon envie d’être divertie… Ma technique est toujours la même (rodée depuis le temps…), je laisse vagabonder mon regard, jusqu’à ce qu’il se laisse happer par quelques couvertures attrayantes. Hier, Il s’est arrêté sur ce petit guide: Le cahier feng shui des paresseuses. J’aime les illustrations qui constituent cette collection, les dessins de Soledad Bravi (je vous recommande d’ailleurs le blog des paresseuses et la plume rafraîchissante de la talentueuse Laure), ce livre répondait à une double aspiration: mon envie de toujours apprendre ( qu’est-ce que le Feng Shui?) et mon besoin estival de « travaux manuels », de rangement, de tri.

Impatiente de m’initier à cet art ancestral, je me suis hâtée de rentrer et j’ai dévoré le livre en deux heures, puis je me suis attelée aux travaux pratiques: comment appliquer cet enseignement à mon habitation?

Le Feng Shui est l’art de laisser circuler l’énergie, si votre appartement/ maison/ péniche/ bungalow/ yourte n’est pas correctement configuré vous serez pauvre, malade, triste et seul… Imaginez l’enjeu…

Ainsi me suis-je tristement aperçue que la « zone argent » de ma maison se trouvait dans les toilettes… Bad, bad, bad… la zone « enfant » était quasiment inexistante et dans la zone « relations familiales » étaient suspendus des couteaux…

J’ai donc décidé de repeindre les toilettes en doré ( pour attirer la fortune), de construire une extension pour obtenir cette zone « enfant » (quoique… ma zone « liberté » est parfaitement bien définie, les énergies y circulent sans peine) et de déplacer les couteaux dans la zone « intrus »…

L’examen des lieux laissait poindre d’autres « fuites d’énergie », le lit n’était pas correctement positionné, le miroir devant la porte d’entrée renvoyaient les énergies vers l’extérieur ( quant au miroir dans la chambre… un crime feng-shuistique, rien moins que cela, ne vous en déplaise…), les nombreux tableaux accrochés aux murs exprimaient des messages incohérents, voir dangereux (une scène érotique dans la zone « reconnaissance et réputation  » augurait d’une piètre image sociale… un couple dos à dos dans la zone « perspective de mariage et bonheur conjugal » pouvait laisser présager de fréquentes disputes…

J’ai fini par décrocher tous les tableaux, posés à plat, sur le sol, je me suis mise à paniquer, comment allais-je réorganiser tout cela? La superbe toile du peintre Sanfourche représentant une famille nombreuse/ heureuse ne pouvait plus rester dans la zone  « perspectives professionnelles » au risque de me condamner à une vie de desparate housewife…

Quand mon homme est rentré j’étais assise par terre, entourée de plans chiffonnés, de cadres éparses, de meubles déplacés, j’avais envie de pleurer, dépitée, énervée.

– Je crois que nous allons devoir déménager… La « zone argent » est dans les toilettes, les « enfants » dans le jardin, ton tableau de Sanfourche me menace de passer mes jours enfermée à la maison et de faire six enfants…

– Mais non, moi je vois une rue dans cette composition, les gratte-ciel en arrière plan, une possibilité infinie de développement au contraire, d’ouverture au monde…

Une question de point de vue…

De recul… Chacun laisse les énergies(le « chi ») circuler comme il peut/veut. Peut-être faut-il d’abord faire le ménage en soi, feng-shuiser son esprit, son corps, politique de grands travaux, titanesque entreprise, j’en conviens.

Inventorier, trier, jeter, purifier, harmoniser… again and again…

Puis allumer des bougies, le maître feng shui est formel, ça ne pourra jamais vous nuire, la flamme purifie, apaise, élimine les mauvaises ondes, j’en mettrai donc une dans ma valise, on ne sait jamais…

Favoris

Capture d’écran 2015-01-19 à 09.33.44

la disparition des lucioles

  Ce n’est pas une histoire lumineuse que je vais vous raconter aujourd’hui, ma gorge est encore serrée de ce malaise palpable, de ce désespoir qui suintait des murs délabrés.... Lire la suite ...

delos17

Apollon, Délos et moi

  Elle se mérite, on n’arrive pas sur une île comme ça, par hasard, l’insularité est une démarche volontaire. Il faut la vouloir, la désirer. Prévoir, prendre ses dispositions pour... Lire la suite ...

bhl

les aventures de la vérité

Les aventures de la vérité. Je suis sensible aux mots, chacun évoque, par sa sonorité ou par sa sémantique, une chose particulière. Ainsi « aventure » convoque immanquablement dans mon esprit vagabond,... Lire la suite ...

Capture d’écran 2015-01-24 à 11.24.07

on being a woman…

Je pense à vous, je pense souvent à vous, à ce que vous êtes, à ce que l’on a voulu faire de vous. Je m’interroge, je m’intéresse à votre bonheur,... Lire la suite ...

Abonnez-vous !

laissez moi un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code