Château La Coste

 

Hier était un jour particulier dans mon existence de ces jours que l’on célèbre mais je n’aime pourtant pas en faire tout un plat. Une fête est de rigueur, les bougies, les cadeaux, le champagne… Je préfère quand il s’agit des autres, aussi avais-je décidé de m’en remettre à mon ami très cher,le plus précieux, celui qui fait toujours bien les choses: le hasard.

 

Ce merveilleux hasard avait décidé, ce jour là, de m’apporter une journée ensoleillée. « Ensoleillé » est un euphémisme, une journée d’été, glorieuse, insolente de chaleur, de lumière, de bleu. Il fallait bien en faire quelque-chose, trouver un endroit digne de ce renouveau, célébrer l’astre que les Egyptiens, les Incas vénéraient comme le plus grand de tous. 

 

Aussi, my dearest friend Katrine et moi, décidâmes de nous rendre au Château La Coste pour un déjeuner champêtre. Une campagne qui porte la sophistication des plus grandes capitales, une campagne manucurée, entretenue comme un cheval de course. Parce qu’il est des lieux à part, si précieux, si confidentiels…

 

tadao Ando, louise Bourgeois, alexander Calder, frank O. Gehry, liam Giillick, andy Goldsworthy, Guggi, tasuao Miyajima, jean Nouvel, Jean Michel Othoniel, jean Prouvé, sean Scully, richard Serra, tom Shannon, michael Stipe, hiroshi Sugimoto, Tinga, franz West

 

Au coeur d’un écrin de verdure, de vignes, de garrigue, les plus grands artistes, architectes de la planète ont pris possession du domaine.

Lorsque, pour la première fois, j’en entendis parler, je crus à une exagération, l’exagération marseillaise, comment une telle chose pouvait-elle être possible puisqu’il n’existe aucune réalisation de cette envergure dans le monde entier? Pourquoi ici? Perdu au milieu de nulle part…? 

Pourquoi en effet?

Toujours cette histoire de charme méridional? Cet attrait pour le pays de Cézanne, Van Gogh, le rêve d’une Provence fantasmée où il ferait bon vivre, enfin?

Qui était ce mystérieux étranger qui investissait des sommes colossales dans ce domaine séculaire?

Un Irlandais… 

Bono, le chanteur de U2 ( les rumeurs ont la dent dure). Mais non, un simple homme d’affaire, fou d’art contemporain et de Provence, le rêve d’une vie, un aboutissement en forme de chef-d’oeuvre?

J’aime cette idée, si chère aux romantiques, de faire de sa vie une oeuvre d’art, so chic…

J’imaginais une sorte de dandy, la forme contemporaine d’un Oscar Wilde mi décadent/ mi bohème, un aristocrate des temps modernes.

Mon imagination vagabondait tandis que nous commandions une bouteille de ce rosé d’une nuit.

Le soleil dardait ses rayons sur le mobile de Calder, la brise imprimait un léger mouvement de va et vient qui rendait l’oeuvre presque vivante; le calme, l’architecture grandiose, conféraient à ce moment des allures de moments historiques, de ceux qui se gravent dans notre mémoire parce que l’on sait qu’on ne la touche pas souvent du doigt cette perfection, ces instants que l’on voudrait étirer, encore et encore et encore…

 

« Ô temps! Suspends ton vol, et vous, heures propices!

Suspendez votre cours:

Laissez-nous savourer les rapides délices

Des plus beaux de nos jours! »

Alphonse de Lamartine

 

Favoris

Capture d’écran 2015-01-19 à 09.33.44

la disparition des lucioles

  Ce n’est pas une histoire lumineuse que je vais vous raconter aujourd’hui, ma gorge est encore serrée de ce malaise palpable, de ce désespoir qui suintait des murs délabrés.... Lire la suite ...

delos17

Apollon, Délos et moi

  Elle se mérite, on n’arrive pas sur une île comme ça, par hasard, l’insularité est une démarche volontaire. Il faut la vouloir, la désirer. Prévoir, prendre ses dispositions pour... Lire la suite ...

myk1

Mykonos

  D’abord il y a le bleu, en bas, en haut, celui du ciel et de la mer, partout, sur les toits des églises, les portes, les volets et puis... Lire la suite ...

Somtimes

Un an après

  Un an déjà(ici)…   Je rentrais d’un merveilleux séjour à Edimbourg, la ville dans laquelle vivait ma soeur, une parenthèse enchantée, un moment de partage, de joie, de légèreté... Lire la suite ...

Abonnez-vous !

laissez moi un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code