la Beauté

La beauté, depuis les détails insignifiants de la vie quotidienne jusqu’aux éléments majeurs de mon existence, je m’attache à m’entourer de beauté. Ceci remonte à des temps immémoriaux, ceux de mon enfance, un père antiquaire, la recherche de beaux objets au détriment d’un confort, jugé vulgaire ; un canapé Louis XV, raide, fragile, plutôt qu’un  sofa mou, accueillant… Je rêvais alors d’une balancelle de jardin en PVC, laide, mais dans laquelle on pouvait se balancer, je rêvais alors d’un papier peint Barbie, celui que je voyais chez mes petites camarades, je rêvais alors d’être comme tout le monde… Mais le charme opérait, la beauté s’insinuait en moi, malgré moi, les mercredis après-midi passés à Drouot à la recherche d’une pièce rare, précieuse, la passion de mon père, cette quête acharnée et insatiable du BEAU. A l’adolescence cette quête a changé de camp, ma mère a pris le relais, le beau n’était plus dans les objets mais dans les mots, les poèmes qu’elle me lisait parlaient à mon âme, une langue qui m’était jusque là inconnue, une langue qui ne me quitterait plus… Ces mots qui m’ont ouvert un univers, un nouveau regard porté sur le monde, celui des poètes-alchimistes et surtout du premier d’entre eux : Baudelaire.

 L’alchimiste est celui qui transforme le plomb en or (d’une matière sans attrait, pauvre, il extrait le métal le plus précieux), Baudelaire est le premier à avoir su transcender le trivial pour en faire un objet d’art. En effet, au XIXème siècle, la poésie obéit encore aux canons du classicisme, tant dans le fond, que dans la forme (relisez Lamartine pour vous en convaincre), Baudelaire  est le premier à puiser son inspiration dans des sujets « interdits » par l’intelligentsia de l’époque : la ville, les pauvres, les vieilles, le sexe, la laideur… «  Tu m’as donné ta boue, j’en ai fait de l’or… » a-t-il déclaré à propos de ses Fleurs du Mal… Chercher la beauté dans la laideur, transcender le monde, le réel…

 

« Dans les plis sinueux des vieilles capitales,


Où tout, même l’horreur, tourne aux enchantements,


Je guette, obéissant à mes humeurs fatales,


Des êtres singuliers, décrépits et charmants.
 »

 

La beauté érigée en art de vivre, s’entourer de beau pour  se transcender soi-même, accéder à une réalité ultime, plus loin, plus haut, plus fort. Par extension… La Beauté contamine… L’idée n’était pas de moi, elle venait de Socrate, Platon la retranscrit dans Le Banquet :

 

« Il consiste, en partant des beautés sensibles, à monter sans cesse vers la Beauté surnaturelle en passant, comme par des échelons, d’un beau corps à deux beaux corps, puis de deux beaux corps à tous les beaux corps, enfin des beaux corps aux belles actions, et des belles actions aux belles sciences. Pour aboutir à cette science qui n’est autre que celle de la Beauté absolue, et pour connaître enfin le Beau tel qu’il est en soi.

Si la vie vaut la peine d’être vécue, c’est à ce moment: lorsque l’humain contemple la Beauté en soi. Si tu y arrives, l’or, la parure, les beaux jeunes gens dont la vue te trouble aujourd’hui, tout cela te semblera terne. Songe au bonheur de celui qui voit le Beau lui-même, simple, pur, sans mélange, plutôt que la beauté chargée de chairs, de couleurs et de cent autres artifices périssables. » 

La Beauté. Cultivez-là, entourez-vous d’elle, attisez sa flamme, vous verrez, la belle est contagieuse… 

Favoris

Capture d’écran 2015-01-19 à 09.33.44

la disparition des lucioles

  Ce n’est pas une histoire lumineuse que je vais vous raconter aujourd’hui, ma gorge est encore serrée de ce malaise palpable, de ce désespoir qui suintait des murs délabrés.... Lire la suite ...

delos17

Apollon, Délos et moi

  Elle se mérite, on n’arrive pas sur une île comme ça, par hasard, l’insularité est une démarche volontaire. Il faut la vouloir, la désirer. Prévoir, prendre ses dispositions pour... Lire la suite ...

bhl

les aventures de la vérité

Les aventures de la vérité. Je suis sensible aux mots, chacun évoque, par sa sonorité ou par sa sémantique, une chose particulière. Ainsi « aventure » convoque immanquablement dans mon esprit vagabond,... Lire la suite ...

Capture d’écran 2015-01-24 à 11.24.07

on being a woman…

Je pense à vous, je pense souvent à vous, à ce que vous êtes, à ce que l’on a voulu faire de vous. Je m’interroge, je m’intéresse à votre bonheur,... Lire la suite ...

Abonnez-vous !

laissez moi un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code